pattern algorel
Le projet Viliaprint : des maisons en impression 3D

Le projet Viliaprint : des maisons en impression 3D

Le projet Viliaprint : des maisons en impression 3D

La population mondiale est en perpétuelle augmentation depuis plusieurs années et nous savons que la courbe de croissance ne s’inversera pas. Il en est de même pour les ressources de notre planète sur lesquelles il faut être prudent. En effet, il s’agit d’une des principales préoccupations de ces dernières années avec une consommation qui tend à devenir plus responsable et raisonnée. En ce sens des solutions voient le jour dans la vie quotidienne : passage à une énergie plus verte, achats de produits moins emballés…

Nous savons que la construction, et notamment celle de l’habitat, demande un grand nombre de ressources.  Ainsi des chercheurs se sont penchés sur ce problème, souhaitant trouver un moyen de consommer raisonnablement y compris dans le domaine de l’habitat.

Des maisons en impression 3D responsables.

C’est en ce sens que le projet de maisons en impression 3D responsable a vu le jour.

Fruit d’une collaboration entre plusieurs acteurs allant de PlurialNovilla à XtreeE, une start up française spécialisée dans l’impression 3D et la construction, ce projet nommé Viliaprint intègre cinq maisons entre 77 et 108 mètres carrés dont les murs sont intégralement imprimés en 3D.
Les dimensions sociales, économiques et durables semblent être respectées avec cette fabrication composée à seulement 50% de béton et 50% d’air. Ainsi, grâce à la réduction de quantité de matériaux utilisés, l’entreprise confit être parvenue à baisser de manière notable l’empreinte carbone de la construction par habitation.
Les équipes en charge de la construction de ces maisons ont laissé délibérément ces murs, composés de moitié d’air, apparents. Ils offrent ainsi une meilleure isolation et performance thermique que des murs traditionnels, qui n’ont pas cet espace d’air disponible et ne peuvent donc pas servir de sas thermique. Ces murs seraient même gage d’une meilleure durabilité dans le temps.

 

Une fabrication hors site

Concevoir ces murs nouvelle génération a demandé à l’entreprise XtreeE une longue phase de développement.
Des prototypes ont tout d’abord été réalisés à Rungis, par dizaine, afin de renforcer au maximum l’étanchéité et la résistance du béton. Grâce à ce travail fourni en amont XtreeE est parvenu à obtenir la certification ATEx (Appréciation Technique d’Expérimentation) de la part du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.
Cette certification aide à promouvoir les nouveaux procédés auprès des maîtres d’œuvre ou bien des assureurs qui n’ont aucune garantie et manquent d’éléments pour juger les risques encourus par cette nouveauté. Ainsi, cette certification apporte une réponse sur la faisabilité du projet, sur sa conception et les choix techniques effectués.
Afin de bénéficier de cette certification XtreeE a mis toutes les chances de son côté en optant pour la construction hors site. Ainsi, les paramètres du processus d’impression se sont retrouvés optimisés et les problèmes pouvant survenir en extérieur, notamment dus aux intempéries comme la solidification, ont pu être évités.

Cette solution de fabrication hors site a permis également de réduire la pénibilité sur les chantiers pour les ouvriers qui étaient habituellement contraints de porter des matériaux lourds. Aussi, les conditions météorologiques sont à prendre en compte sur les chantiers puisqu’elles rendent le travail des ouvriers fastidieux et peuvent même le ralentir de plus de moitié.

Le principe de la construction hors site permet aux ouvriers de travailler dans des conditions plus agréables et de respecter le temps passé sur chaque étape de la construction puisqu’il n’est pas perturbé par les aléas climatiques. En effet, on estime que le retard sur les livraisons de maisons standards entièrement construites sur place est de 3 à 4 mois. La construction hors site permet donc d’éviter ce retard et de respecter les délais.

L’utilisation de l’impression 3D pour la construction de maisons est un début encourageant dans une démarche écologique de réduction de l’empreinte carbone. Les industriels vont maintenant se tourner vers la création de matériaux plus respectueux de l’environnement et pouvant offrir aux ouvriers de meilleures conditions de travail pour améliorer leur productivité.

Sources : 
- 3dnatives.com
- evaluation.cstb.fr

Nos dernières actualités

« Les Génies de la Construction ! », pour des territoires intelligents, durables et connectés

La 19ème édition du concours « Les Génies de la Construction ! » est lancée.

Lire

Une application pour gérer ses déchets de chantier

L’année 2022 a montré de nouveaux enjeux en termes de protection de l’environnement.

Lire

L’apprentissage dans l’artisanat du bâtiment, une pratique en hausse

Ce ne sont pas moins de 250 métiers qui constituent l’artisanat et plus d’un million d’entreprises présentent sur ce secteur.

Lire